Posts tagged ‘émissions CO2’

Le ferroviaire dans le tourisme durable

Chronique « Cocktail curieux » du 5 mai: le déplacement ferroviaire dans le tourisme durable

(re)Ecouter la chronique

Le voyage en train s’inscrit dans la mobilité douce en diminuant la pression automobile et aussi en étant moins gourmand en CO2. Cependant au-delà d’un simple moyen de locomotion, le train peut devenir une part intégrante du voyage.

De nombreux circuits touristiques ferroviaires se développent (près de 1200 km aujourd’hui en France).  Ce type de voyage offre non seulement un déplacement dans l’espace mais aussi dans le temps avec la réhabilitation d’anciennes lignes et la restauration de machines, notamment à vapeur. Il offre également des voyages à thème en empruntant des anciennes ou toujours actuelles lignes commerciales (comme le Train du Désert en Mauritanie qui suit la ligne minière)…

L’importance du ferroviaire dans le tourisme durable, par Gérard Watelet 

Relire article sur le tourisme lent

Quelques exemples:

- les mythiques Orient-express et Transsibérien

- le Train du Désert en Mauritanie

- le Train d’Ebène au Bénin

D’autres circuits en train en Afrique

Plus près de chez nous:

- Festival de la vapeur à Mariembourg,

- 1° Salon du chemin de fer à Mulhouse,

- L’asbl Chemins du Rail organise des promenades et voyages sur chemins de fer en Belgique et à l’étranger

6 mai 2010 at 10 h 08 min Laisser un commentaire

Tourisme et réchauffement climatique ?

De complice …

Les Nations Unies ont officiellement reconnu en 2007 lors de la conférence de Davos la contribution active de l’industrie touristique au réchauffement climatique. « Facteur de croissance indispensable à l’économie mondiale, le tourisme contribue pour une part importante au réchauffement climatique. (…) Faute de contre-mesure, cette part croîtra de façon disproportionnée par rapport à d’autres secteurs, en raison de la forte croissance du tourisme », a indiqué alors Eric Scheidegger, directeur-adjoint du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

Selon un rapport présenté par les agences de l’ONU pour le tourisme, l’environnement et le climat, si aucune mesure n’est prise, l’impact du tourisme sur le changement climatique augmentera de 150% au cours des 30 prochaines années.

Les faits parlent d’eux-mêmes. Le tourisme est responsable d’environ 5% des émissions CO2 globales, soit 4,6% du réchauffement climatique.

Le secteur du transport (aérien, maritime et rail) est le plus polluant puisqu’il constitue 75% des émissions imputables au tourisme. Le trafic aérien est considéré comme le premier contributeur au réchauffement climatique avec une augmentation de 87% des GES  entre 1990 et 2004. En 2006, 4 milliards de touristes internes ont été recensés; 846 millions de personnes ont voyagé hors de leur pays, soit l’équivalent de la population du continent africain et 45% d’entre eux ont effectué leur voyage en avion. En 2008, plus de 22 millions de passagers ont transité par la Belgique. En 2010, c’est 1,1 milliard de visiteurs internationaux qui sont annoncés et 1,6 milliard en 2020 selon les prévisions de l’OMT.

Le secteur hôtelier émet quant à lui près de 20% des émissions du domaine touristique. Ceci implique l’air conditionné, le chauffage, la maintenance des bars, piscines, restaurants…
Selon l’OMT, la hausse des flux de voyageurs pourrait faire augmenter les émissions de gaz à effet de serre de 150% ces 30 prochaines années.

… à victime

Si de prime abord les effets positifs sautent aux yeux (hausse des températures, allongement de la saison touristique, développement de régions touristiques auparavant peu attractives…), les effets négatifs sont tout aussi présents et dangereux : élévation du niveau des mers, désertification et menaces pour la biodiversité, fonte des neiges et glaciers… Voyons d’un peu plus près ces menaces.

- Les îles et régions côtières
Les régions au niveau peu élevé sont en grand danger. Les îles Maldives, Tuvalu et Tonga pourraient disparaître d’ici quelques dizaines d’années si rien n’est fait pour stopper l’augmentation des températures.  Les Maldives, dont l’économie s’est principalement développée grâce au tourisme, s’inquiètent de leur sort et lancent un cri d’alarme : si la température continue à augmenter ces joyaux de l’océan Indien auront disparu en 2100. Sans chercher au bout de la planète, les Pays-Bas ou encore Venise sont aussi menacés.
Une hausse de 4 degrés et un cinquième de la population mondiale pourrait être confronté à des inondations. A Venise, des sommes conséquentes sont déjà investies pour limiter les prochains dégâts.
L’élévation du niveau de la mer pose également le problème de l’érosion des littoraux. Qu’adviendra-t-il des stations balnéaires dans les régions touchées par cette érosion? L’économie de nombreuses villes côtières repose sur les revenus touristiques saisonniers.
D’autre part, il y a une très forte probabilité de lien entre la hausse des températures des océans et la multiplication des cyclones et tempêtes tropicales. Très fréquents dans la région Caraïbes, ils menacent fortement le secteur  touristique.

- Les stations de ski et les glaciers
La fonte des glaces et le recul des zones enneigées mettent en péril les stations de moyenne altitude qui vont recevoir moins de neige. Face à l’exode rural et à la réduction des activités agricoles, les stations de ski étaient devenues des sources d’activités et donc de revenus conséquentes pour les populations des villages de moyenne altitude qui s’étaient orientés vers une activité touristique. Ces stations doivent d’ores et déjà penser à une reconversion de leurs activités car les dommages d’une hausse des températures sont irréversibles.  Une hausse de 2° et 60% du domaine skiable des Alpes bavaroises seront irrémédiablement perdus.

- Les forêts et la perte de la biodiversité
L’évolution des écosystèmes et les hot-spots de biodiversité qui attiraient les touristes pour leur rareté et leur fragilité sont en danger de disparition. Le nombre d’espèces animales et végétales en grand danger a augmenté de 7% entre 2004 et 2006.
Une hausse de 1,5 à 2,5 degrés suffirait à mettre en péril 20 à 30% de la faune et de la flore mondiales.
De larges surfaces de forêts seront appelées à disparaître (incendies plus nombreux, passage à une végétation de type brousse ou steppe…). Ces pertes de forêts seront également synonymes d’une diminution des capteurs pour le carbone.

9 avril 2010 at 11 h 04 min Laisser un commentaire

Plus verte la SNCB

La SNCB accepte désormais les paiements en éco-chèques

La SNCB vient d’annoncer qu’elle rend possible l’achat de tickets de train avec des éco-chèques (chèques verts).  Pour le moment, ce service est uniquement disponible pour les billets de trafic intérieur à la Belgique. L’achat doit en l’occurrence se faire au guichet et non sur internet, au bord des trains ou aux bornes automatiques.

La SNCB est  la première entreprise de transports à accepter les chèques verts.

Nous vous rappelons que le train est un des moyens de transport privilégié de la mobilité douce. En Belgique le trafic ferroviaire ne seraient responsable que de 2% des émissions CO2.

Eco-chèques?

Au même titre que les chèques-repas ou les chèques-culture, les éco-chèques sont un supplément que peut vous fournir votre employeur. Ils servent à l’achat de produits et services écologiques.

A tester

L’Eco-comparateur de la SNCF: compare le prix, le temps de trajet et l’indice de CO2 entre le train, l’avion et une voiture personnelle.

28 janvier 2010 at 12 h 13 min Laisser un commentaire

Le slow tourisme, l’éloge de la lenteur

Inspiré par le mouvement slowfood qui s’est forgé en opposition à la malbouffe et aux fast-foods, le « slow tourism », en français tourisme lent, prône l’éloge de la lenteur.

Continue Reading 27 janvier 2010 at 16 h 09 min 6 commentaires


Publié récemment

follow us on twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 24 autres abonnés


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.