Tourisme et dons de médicaments

14 avril 2010 at 16 h 04 min Laisser un commentaire

Rubrique hebdomadaire sur la Première. Réecoutable en podcast sur le site de la radio Première.

Aujourd’hui une réflexion basée sur le lien entre le tourisme responsable et le don de médicaments.

Un comportement souvent basé sur de bons sentiments mais qui n’est pas sans danger… Le médicament n’est pas un bien de consommation comme les autres : c’est un produit actif, nécessaire à la santé, qui correspond à des normes strictes de mise sur le marché. Bien que cela parte le plus souvent d’un bon sentiment, c’est un geste à proscrire. Les professionnels de la santé ont constaté combien les médicaments inappropriés peuvent causer plus de préjudices que l’absence même de médicaments.

Tout d’abord,  ces médicaments non utilisés sont peut-être des faux. Ensuite, ils ne sont pas nécessairement adaptés aux conditions locales. Comment seront-ils conservés ? A qui et comment seront-ils distribués? Les risques augmentent lorsque les notices ont disparu et que les conditionnement ont été entamés. Quant la notice existe, elle n’est pas nécessairement dans la langue du pays. Enfin, ces médicaments ont une date de péremption à laquelle l’utilisateur potentiel n’a peut-être pas été sensibilisé. Cela ressemble donc à un cadeau « empoisonné ».

Pharmaciens sans frontières et l’OMS ont édicté des chartes disponibles sur leur site et qui soulignent ces dangers. En plus de ne pas correspondre à la politique de santé du pays, ils entrent en concurrence avec l’économie locale. Les faux médicaments sont malheureusement une réalité quotidienne dans certains pays du Sud où on les trouve sur les marchés publics, à la pièce (et donc non emballés) et exposés au soleil. Ces médicaments vendus au rabais sont certes plus accessibles pour la population locale mais aussi plus dangereux.

Par ailleurs, parce que les médicaments venus de l’occident paraissent plus fiables,  certaines personnes sans aucun comportement éthique, se font prescrire des quantités importantes de médicaments avant un départ en vacances, des médicaments dont elles obtiennent le remboursement par la mutuelle. Ces médicaments sont ensuite revendus dans des pays du Sud, à des circuits plus ou moins organisés. La conséquence, c’est une concurrence accrue avec les pharmacies locales, qui sont elles agréées et achalandées par des circuits officiels, et qui peut mener à leur faillite.

En conclusion, le comportement touristique responsable en matière de médicaments serait de ne pas abandonner sur place vos médicaments non utilisés. Si vous disposez de médicaments correctement emballés et accompagnés d’une notice,  ne le remettre  qu’à des professionnels de la santé. Pour manifester sa solidarité, faites plutôt un don à Pharmaciens sans frontières ou une autre ONG d’aide humanitaire. Ces organismes reconnus travaillent avec les autorités locales dans une perspective réelle d’amélioration de la santé publique des populations locales.

Publicités

Entry filed under: dérives du tourisme. Tags: , , , , .

Logo du Salon Un clic pour être solidaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :