Le Sahara et le Sahel dans la tourmente

29 septembre 2010 at 10 h 26 min 2 commentaires

Qu’en est-il de la situation au Sahel pour les opérateurs touristiques ?

Nous vous transmettons l’analyse de Maurice Freund, président de l’agence Point-Afrique et de retour du Niger, sur la crise actuelle.

« Voici quelques mois, nous nous battions pour rester présents dans ces zones fragiles et déshéritées… Notre stratégie reposait sur une forte conviction: le tourisme peut être une arme pour la Paix!
Le Point-Afrique – initiateur des vols sur Gao (1995), Agadez (1996), Atar (1997), la Libye (1999), Tamanrasset (2000), Djanet (2001), Timimoun (2008) – se doit, en raison des circonstances actuelles, de stopper net les 4/5e de son activité. Cette décision draconienne découle de l’accélération ces dernières semaines de la montée en puissance des cellules terroristes au sud de l’Algérie, au nord du Mali et du Niger.
Je n’ai pas la prétention d’être un expert, ni même un fin spécialiste des problèmes géopolitiques ou géostratégiques de ces zones. Néanmoins j’ai celle d’avoir une bonne connaissance du terrain. Voici bientôt quarante ans que je sillonne ces régions et que je m’implique dans leur développement. J’observe aussi les évolutions politiques de ces pays. La création du Point-Afrique il y a quinze ans, m’a en effet amené à côtoyer non seulement les populations mais aussi les gouvernements de ces pays (pour obtenir les droits de trafic aériens). Par ailleurs, la création du Point-Afrique visait aussi le renforcement de la Paix suite aux accords signés à la fin des rébellions touarègues des années 90 au nord du Mali et du Niger. Nos premiers guides là-bas furent pour partie d’anciens rebelles reconvertis dans le tourisme.
A l’époque, en matière de sécurité, les problèmes restaient mineurs. A l’exception de quelques très rares cas – certains touristes délestés de leurs appareils photos ou autres objets de valeur – jamais il n’y eut de violence. A maintes reprises, j’ai eu l’occasion de discuter avec les trafiquants de cigarettes sans qu’il y ait d’animosité.

Aujourd’hui, nombre d’entre eux se sont orientés vers le trafic plus lucratif de la drogue provenant d’Amérique du Sud, voire, plus grave, dans le trafic d’émigrés que parfois on abandonne en plein désert…
Notre analyse
Le phénomène des prises d’otages a débuté vraiment vers 2003 dans le sud algérien. Une opération menée par Abderrarak el-Para (ancien officier de l’armée algérienne) dont l’adjoint n’est autre qu’Abdelhamid Abou Zeid, l’actuel émir qui opère à la frontière algérienne au nord-est du Mali, dans les montagnes de l’Ifoghas.
Aujourd’hui trois émirs, pas toujours d’accord entre eux, sont les principaux leaders d’AQMI (branche maghrébine d’Al Qaida). Leur chef (Abdelmalek Droukdel) dirige le mouvement depuis la Kabylie. Le quatrième et dernier émir en date, Abdelkrim, surnommé Taleb, est touareg et ancien imam de Khalil au Mali. C’est l’un des rares émirs non algérien et il règne sur un groupe de soixante hommes.
Si la population touarègue dans sa grande majorité n’est en aucun cas complice des terroristes et n’est pas attirée par leur fanatisme religieux, force est de constater que de jeunes touaregs rejoignent cette nébuleuse et lui prêtent main forte (appât du gain? engagement sincère? le choix des motivations est vaste…). Parmi les terroristes tués lors de l’assaut de l’armée mauritanienne au nord du Mali de ces dernières semaines, on dénombre quatre touaregs!
L’un de mes amis, Ag Aroudeni, frère de l’amenokal des Oulmeliden (la plus importante tribu touarègue) m’avoue «ne plus comprendre». Et m’a fait part de son inquiétude, car depuis quelques temps dans sa commune (grande comme cinq départements français!) il voit s’installer des prêcheurs, certains originaires du Pakistan, venus enseigner le salafisme. Leur prêche s’accompagne de construction de puits, d’aide aux populations et bien sûr de la construction de mosquées. Ils ne sont pas terroristes, mais ils en font le lit en instrumentalisant l’Islam à des fins politiques.
Il y a peu de temps, les membres d’AQMI n’étaient qu’une poignée de cent à deux cents hommes. Aujourd’hui ils approchent, voire dépassent les mille combattants… et des cellules dormantes naissent partout!

1) Algérie / Mali / Niger
Les problèmes sont similaires dans ces trois pays, où les gouvernements n’accordent aucune confiance à leurs ressortissants touaregs (et vice-versa). Alger se méfie du sud, Bamako et Niamey se méfient du nord. Les deux rébellions touarègues de 1990 et de 2007 n’inspirent pas – de part et d’autre – une franche coopération.
Plus grave: les touaregs sont divisés (on les a divisés pour mieux régner?). Certains chefs de ces rebellions se sont vu offrir des postes importants dans les administrations et les ex-combattants de base ont été laissés pour compte. Cela crée des frustrations, de la jalousie, voire de la haine.
Pire: une certaine élite aux gouvernes de ces pays, trempe dans les divers trafics cités. Les sommes d’argent générées sont colossales et chacun y trouve son dû. AQMI joue les «parrains» en protégeant ces activités illégales et prélève sa dîme. Des complicités s’installent.
L’extrême pauvreté et l’absence d’avenir servent de catalyseur aux jeunes pour lesquels il n’y a plus foi, ni loi. En perte d’identité et de dignité, leur haine de l’Occident – vu comme le prédateur de leurs ressources minières – enfle. (Voir à ce sujet l’ouvrage prémonitoire de Jean Ziegler, «La Haine de l’Occident», N.d.l.R.)
Les associations humanitaires officiant dans ces régions se replient et les populations locales, seules capables d’enrayer l’actuel processus, se sentent abandonnées. La spirale infernale est en marche! Surtout avec la dernière «solution» trouvée: la force!
Les touristes ne viennent plus, les ONG et les ressortissants français résidant dans le nord du pays s’en vont… le vide s’installe! Mais les militaires français débarquent, et l’exploitation des mines et la prospection pétrolière continuent… Principalement visible à l’hôtel principal de Niamey (en tenue de combat, s.v.p!), la présence de nos militaires sur le sol nigérien est ressassée en boucle par les chaînes de télévision. Quelle humiliation pour un pays souverain! C’est ce sentiment que j’ai éprouvé tout au long de ma semaine passée au Niger fin septembre.
De mon entrevue avec notre Ambassadeur à Niamey le 21 septembre, je n’ai retenu que son interrogation: «comment, si la paix revient, pensez-vous revenir dans ces régions?»

2) Mauritanie

Le cas de ce pays apparaît bien différent. Déjà, il n’y a pas de problème de confiance entre le nord et la capitale. C’est le seul pays où les tribus nomades sont maîtresses de leur destin.
S’il est vrai que l’avant-dernier gouvernement avait, pour des raisons d’équilibre politique, une tendance à fermer les yeux, voire à favoriser certains partis prônant un régime islamiste, il n’en est plus de même aujourd’hui. Le nouvel homme fort, le général Aziz, s’est engagé dans une lutte sans merci contre l’intégrisme et ses violences. Il agit de manière assez efficace en jouant sur trois leviers:
1. Lutte contre la pauvreté: un ensemble de mesures sont prises en faveur des quartiers défavorisés de Nouakchott où il se rend régulièrement, tel que l’adduction d’eau et autres commodités.
2. Mobilisation d’imams: cinq cents d’entre eux ont été missionnés pour contrer les prêches extrémistes et salafistes.
3. Action militaire: l’armée dispose de véhicules neufs, de stocks de carburants et les consignes sont strictes. Si la totalité du pays n’est pas encore quadrillée, d’importantes zones sont quasi hors de portée d’une quelconque intervention d’AQMI.
L’armée mauritanienne, accusée par AQMI d’être un «suppôt de l’Occident», quitte son territoire pour attaquer les bandes terroristes de l’émir Mokhtar Belmokhtar qui opère à la frontière algéro-mauritanienne.
Action du Point-Afrique dans l’Adrar mauritanien
A l’automne dernier, après consultation du Premier Ministre mauritanien, nous avons pu engager – en concertation avec les autorités chargées de la sécurité – une formation de tous les guides de l’Adrar, qui ont été équipés de balises Argos.
La configuration géographique de l’Adrar mauritanien a été soigneusement étudiée. Seuls cinq passages permettraient de sortir de la zone en cas de prise d’otages. Les procédures d’intervention rapide de la gendarmerie permettent de faire échouer toute tentative d’enlèvement. Et la population locale, à l’inverse des pays voisins, coopère avec les autorités et assure une veille sur la circulation de tout étranger. Cette coopération exemplaire ne peut hélas, pour le moment, s’appliquer aux trois autres pays mentionnés dans mon analyse, car l’absence de dialogue et de confiance est trop criante.

Dernier point: les échanges d’une heure, au printemps dernier, avec le chef de l’Etat mauritanien, m’ont permis de mesurer l’importance qu’il donne à cette lutte sans merci. Il m’a également confié son souci de voir le tourisme se maintenir en raison de l’impact indéniable de cette activité dans la lutte contre la pauvreté (son autre fer de lance).

3) Pays Dogon

Le peuple Dogon n’est pas prêt à glisser vers AQMI. Il serait regrettable qu’un amalgame s’installe.
De manière surprenante, nous avons pourtant connu la semaine passée plus de 40% d’annulation vers Mopti. Nous essayons néanmoins de maintenir les vols Paris-Mopti.

Conclusion
Au regard de la situation que je viens d’évoquer, Point-Afrique se doit de prendre les mesures suivantes:
* Algérie: arrêt total de toute activité sur Tamanrasset, Djanet et Timimoun.
* Niger: arrêt total sur Agadez. Maintien de l’activité au sud de Niamey (dont la Tapoa et la réserve du W).
* Mali: arrêt total sur Gao et le nord du pays. Maintien des vols sur Mopti et de l’activité touristique en pays dogon.
* Mauritanie: suspension des vols jusqu’à Noël. Vérification et état des lieux en octobre. Si les conditions suffisantes sont réunies (approfondissement des formations sécuritaires des guides et des chameliers, renforcement des moyens de communication…), Point-Afrique opérera une liaisons aériennes pour une reprise d’activité touristique dans la zone.

Inutile de vous décrire ma profonde révolte et l’impuissance du Point-Afrique à faire face à la situation actuelle. Nous avons perdu une bataille contre AQMI. Pour l’instant, nous devons réduire la voilure…
Certains de nos confrères ont décidé de maintenir leur offre sur l’Algérie, pour laquelle il est vrai la demande reste encore forte… Sans vouloir nous plier sans discussion aux recommandations des Affaires Etrangères du quai d’Orsay, force est de reconnaître que le danger est devenu démesuré. Bien que téméraire (je l’ai prouvé à maintes reprises), je ne suis pas fou. Pour avoir été pourfendeur des règles établies et jusqu’auboutiste des causes les plus perdues, force m’est de reconnaître que l’adversaire est d’une dangerosité nauséabonde et les risques incommensurables. Ma déontologie m’interdit de chercher à relever un tel défi!
C’est donc en toute humilité que j’ai décidé que cet hiver Point-Afrique n’ira que là où nous sommes raisonnablement sûrs de la sécurité et où nous sommes protégés par la population locale (ce qui n’est plus vrai malheureusement dans certaines zones spécifiques). Il est en effet impossible de jouer avec la vie des gens, tant ici que là-bas.

Et pour la Mauritanie: affaire à suivre!
N.B: A ce jour, le site du Ministère Français des Affaires étrangères indique que: «La Mauritanie semble constituer la cible privilégiée d’AQMI après l’Algérie»

Maurice FREUND
Président de Point-Afrique

Publicités

Entry filed under: tourisme. Tags: , , , , , , , .

Parmi les nouveautés du salon du Tourisme durable La Journée européenne du tourisme promeut des itinéraires culturels dans l’UE

2 commentaires Add your own

  • 1. Lamic  |  7 octobre 2010 à 10 h 19 min

    Sahara & Sahel : Quand l’organisation du tourisme repose entièrement sur les opérateurs privés…

    En cette fin septembre, la nouvelle est tombée, le principal affréteur au Sahara et au Sahel, la coopérative Point Afrique, a décidé de stopper la quasi-totalité de ses dessertes aériennes sur la zone .
    Parmi les destinations annulées, trois desservaient l’Algérie, à savoir Tamanrasset, Djanet et Timimoun, une autre le Niger : Agadez, Atar en Mauritanie et Gao au Mali. La seule destination maintenue par le tour-opérateur français est Mopti, porte d’accès vers le pays Dogon au Mali, qui peut être rejoint également via Ouagadougou au Burkina Faso (vols réguliers).
    Au-delà des explications géopolitiques, vraisemblablement pour une large part fondées , fournies par le président de Point Afrique , au-delà des avis du MAEE, toujours aussi peu précis sur les véritables zones à risque et les autres qui subissent l’amalgame (aspect encore renforcé par la récente loi Kouchner), nous souhaitons faire un bilan des pratiques d’un tourisme que nous avons jugé, dans divers écrits, peu responsable.

    Depuis une quinzaine d’années, tout le tourisme vers les zones sahélo-sahariennes reposait sur la chartérisation du Sud algérien, de l’Adrar mauritanien, du Mali et du Niger, à l’exception notoire de la Libye. Cette typologie de tourisme de très courts séjours (8 jours), bien particulière, a, qu’on le veuille ou non, des incidences spécifiques sur les territoires de destination.
    Elle se caractérise par une utilisation des savoirs faire locaux, la consommation des ressources naturelles, la production de déchets dont on ne sait que faire, l’accentuation de déséquilibres sociaux (enrichissements privés plutôt que collectifs), etc., sans que les populations puissent en tirer un bénéfice durable, utilisable en dehors du strict cadre du tourisme, d’autant que toute l’économie locale repose alors sur de dernier.
    En d’autres termes, ce tourisme de consommation n’a pas ou très peu d’effet de levier économique local durable.
    Ce tourisme concentré dans l’espace et dans le temps sur des « spots » induit une dépendance de fractions réduites de la population à une activité portant elle-même ses propres fragilités.

    Aujourd’hui, après 15 ans d’activité, ce tourisme n’a pu se structurer sur place ; ni les Etats, ni l’aide au développement, ni les opérateurs touristiques n’ont su créer des filières de formation menant à des diplômes validés et reconnus. Il n’existe pas de chaînes de compétences entre les différents acteurs de ces territoires.
    Les savoirs faire structurés, les reconnaissances sociales auraient pu être transférables à d’autres activités que l’on aurait développées pendant les périodes hors-saisons et favoriser ainsi une diversification économique garante d’une certaine pérennité du mieux être apporté.

    Aujourd’hui, alors que l’activité touristique disparaît probablement pour une longue durée, cette jeunesse qui a pu connaître une relative aisance matérielle passagère, fréquenter nos modes de vie et de pensée, ne ressent que frustration et abandon.
    Tandis que d’autres leur promettent argent facile, aventure, impunité, camaraderie, enrobé dans un discours plus ou moins religieux et revanchard…

    Absurdité de l’histoire touristique de ces territoires que V.V.E. n’a eu de cesse de dénoncer, prêchant seule dans le désert…

    Reprenons ce que nous écrivions dans un passé récent, alors que le tourisme chartérisé semblait avoir encore de belles saisons devant lui :
    « Notons de plus que ce type de développement touristique ne s’inscrit pas dans un schéma de développement économique du pays d’accueil, d’une politique souhaitée et maîtrisée par le pays visité.
    La création d’un axe chartérisé, saisonnier, vers un point précis et unique d’un territoire, correspond à un formatage touristique (le produit 8 jours à coûts minimums).
    Il est créé par des acteurs du Nord (le marché émetteur), pour des consommateurs du Nord.
    Le développement d’un tourisme durable, passe t-il par l’exploitation d’un territoire jusqu’à l’overdose (on a vu s’ériger plus de 50 auberges à Chinguetti), et une mise en concurrence exacerbée entre les opérateurs locaux ?
    La mise en place d’un tourisme responsable passe t-il par la dépendance quasi-absolue à une mono industrie touristique d’une très petite part de la population d’un pays ?
    Un tourisme diffus, irriguant des territoires plus vastes, permet de multiplier les leviers économiques sans créer de dépendance totale à une activité par nature volatile, et en général très peu maîtrisée par les populations locales.
    La liaison directe France/Atar a asséché d’autres régions de Mauritanie qui commençaient à voir arriver quelques touristes (le Tagant par exemple), et suspendu dans son élan le développement d’une chaîne d’infrastructures adaptées et de bonne qualité à Nouakchott ». « Cet épisode illustre une fois de plus le fait que la notion de tourisme durable qui repose sur la compréhension d’un territoire est bafouée un peu partout sur la planète au gré des intérêts mercantiles des opérateurs privés. De plus, il met en lumière l’urgence d’établir un fonds de solidarité pour les pays dont l’activité touristique se trouve sinistrée par des faits divers relatés dans les médias, agissant sur les peurs rationnelles ou pas (l’une des principales revendications portées par V.V.E.) ».
    Le tourisme qui repose à 100% sur des charters saisonniers est une aberration économique, sociale, tout autant qu’environnementale par les surcroits d’émission de gaz à effet de serre engendrés.

    Cette dépendance totale aux charters le rend extrêmement vulnérable, c’est ce que démontre aujourd’hui de manière criante la situation au Sahara et au Sahel.

    Certains qui jusque hier ne remettaient nullement en question ce développement touristique, voire en faisaient un modèle de réduction de pauvreté, commencent à admettre tacitement qu’heureusement qu’il y a des vols réguliers sur certains axes (Tam / Djanet), pour le cas où il y aurait des clients.

    Si le tourisme en Mauritanie n’avait pas été basé sur le seul vol direct à Atar, les voyagistes et les touristes auraient conservé l’habitude de passer par Nouakchott. Le tourisme aurait pris certainement un peu moins d’ampleur dans l’Adrar mais se serait diversifié. Partout c’est une meilleure répartition spatiale et temporelle des bénéfices et des retombées économiques qui se serait produite. Nous aurions également évité bien des surfréquentations à certaines époques.

    Face à la Françafrique et à AREVA, le tourisme n’a jamais pesé lourd : rien sur le terrain de la géostratégie, et bien peu en terme économique. Plus rien aujourd’hui.

    Mais, dans une véritable dynamique de tourisme responsable, nous aurions pu faire beaucoup mieux…

    Décidément, du Sahara au Sahel, en passant par les littoraux ou les stations de sports d’hiver, la gestion des territoires touristiques, leur appropriation devrait-on dire, par des intérêts privés, à qui est de fait délégué l’aménagement du territoire, induit, à terme, toujours un développement à rebours de l’intérêt des habitants.

    Quel tourisme pourra renaître une fois le calme revenu sur ces zones ?
    Une ligne aérienne de charter saisonnière s’arrête net dès que sa rentabilité passe en dessous d’un certain seuil, vite atteint dès qu’une petite partie de la clientèle fait désaffection, puisque les prix sont tirés au plus bas.

    Espérons qu’il sera possible de structurer une activité viable, concertée, mesurée et durable avec les acteurs locaux».

    Pascal Lluch et Jean-Pierre Lamic pour V.V.E.

    Petite revue de presse pour ceux qui souhaitent des informations sur les aspects politiques de la situation de ces territoires :
    http://www.rue89.com/2010/09/22/niger-on-risque-une-somalisation-de-la-region-167787?page=1
    http://www.rue89.com/tag/otages
    http://www.courrierinternational.com/article/2010/09/24/pourquoi-les-francais-sont-devenus-une-cible-en-afrique
    http://www.rue89.com/explicateur/2010/09/24/niger-les-cinq-francais-otages-de-la-guerre-des-chefs-daqmi-168132

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Publié récemment

follow us on twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :