Pourquoi je soutiens le Salon du Tourisme durable ?

10 octobre 2010 at 15 h 07 min Laisser un commentaire

par Claudine Brasseur

Le village d’à côté n’est plus à la hauteur des exigences du consommateur. Il faut aller loin, toujours plus loin. La «démocratisation» des voyages exotiques de masse apporte un sérieux coup de pouce aux amateurs de sensations neuves, de grands espaces, de dépaysement ou tout simplement de plage fine avec buffet à volonté.

Le tourisme, une manière comme une autre de consommer l’autre, distraitement, rapidement, confortablement. A peine si on y touche, d’ailleurs : il fait partie du paysage, soit, mais ce qui intéresse le tourisme de masse, c’est ce qu’il y a en « background » de cet autre qui est tout sauf un alter ego : ses « big five » en Afrique, ses cultures en terrasse en Asie, ou ses lamas en Amérique latine.

D’aucuns commencent à prendre conscience des dérives et nuisances de ce tourisme consumériste et post-colonial : pistes de 4 x 4 ravinées, aucun retour pour les populations locales, danger pour les gouvernements de tout miser
sur une seule source d’entrée de devises, et plus sournoisement mais tout aussi dangereusement à long terme, acculturation et perte de repères pour les populations locales.

Le Tourisme Autrement n’exclut pas toutes les conséquences qu’entraîne le tourisme (que feront ces pays quand le prix du kérozène empêchera les éco- touristes de prendre l’avion ?), mais il est l’une des voies d’une réelle approche de l’Autre. Celui dont on désire comprendre la culture, celui que l’on respecte dans son altérité, celui avec qui le désir de partage est réel. Le tourisme équitable et éthique se base sur la dignité de l’autre e de soi-même. Il permet aussi à de petites communautés du désert, de la forêt amazonienne ou de la campagne vietnamienne de vivre mieux, et à leurs enfants d’avoir accès à l’élémentaire : l’école, et une promesse de vie meilleure. Il permet aussi à ces peuples de mieux conserver leur environnement, pour le bien-être de toute la planète, d’ailleurs !

Voilà pourquoi j’adhère aux efforts que fait le Salon du Tourisme autrement pour changer le regard que nous avons sur l’Autre, et pour semer ces petites graines qui, un jour, pourront faire éclore sur nos terres un autre rapport à la nature et à la vie.

Publicités

Entry filed under: Salon du tourisme durable. Tags: , , , , , , , , , , .

Sahara, Sahel : Quand l’organisation du tourisme repose entièrement sur les opérateurs privés… Photos du Salon du Tourisme durable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :