Posts tagged ‘Chine’

Londres-Pékin bientôt en TGV ?

Un article de Michel Guesquière publié en intégralité sur PagTour

Après les courtes distances, les moyennes et les longues ?
Jusqu’à présent, les TGV (nom devenu générique pour désigner en français les trains à grande vitesse) se sont imposés pour les distances disons moyennes. En sera-t-il de même pour les voyages de plus de 1 000 km ?
[—]
Et le long haul ?
Ainsi la Chine va tenter la mise en place de plusieurs lignes à très grandes distances. Parmi celles-ci, le Londres-Pékin. En réalité, lorsqu’on y regarde de plus près, ce que les chinois veulent réaliser, c’est à la fois la mise en place de nouvelles installations ou le renouvellement de tracés déjà existant comme en Russie, mais pour ce qui est de la petite Europe, le train chinois pourra emprunter les infrastructures existantes.
Mais en réalité, lorsqu’on regarde bien les cartes que nous avons publiées hier, force est de constater que le tracé va permettre la création de nouveaux produits. Le TGV chinois va en effet passer par des endroits difficiles d’accès actuellement comme Ekaterinbourg, Irkoutsk ou Oulan Bator.
En toute logique, si le transcontinental TGV voit le jour, c’est toute la Russie, la Sibérie et la Mongolie qui vont s’ouvrir totalement au tourisme populaire.
Et le business travel ?
Ici, il faut nuancer. Pour ce qui est des villes comme Varsovie, Kiev, St Petersbourg ou Moscou, il existera un marché potentiel déjà dans les simples liaisons intermédiaires, par contre pour un voyage entre Londres, Paris ou Berlin vers Pékin, ce sera l’inconnu.
La différence entre un vol Londres Pékin (10 heures) et la durée de 48 heures pour le TGV, soit 18 heures peut représenter un frein réel.
Retrouver l’article en intégralité ici

Publicités

17 juin 2010 at 16 h 38 min Laisser un commentaire

Coup de coeur pour « Tibet, l’âme des hauts plateaux »

N’hésitez plus et précipitez-vous aux dernières diffusions du reportage de Sabine Verhest diffusé par l’asbl Voir le Monde jusqu’au 1° avril!

Ce magnifique reportage photo nous entraîne à la rencontre des peuples tibétains, empreints de l’âme qui habite le toit du monde. L’image fixe, défendue par l’association voir le Monde dans chacun des reportages diffusés, nous permet d’appréhender avec douceur les paysages parcourus et les belles rencontres…

On croise les regards fiers des nomades du Kham, on vibre avec les cavaliers fougueux et les archers enivrés de l’Amdo, on lève le voile sur le décor monastique du bouddhisme lamaïste, on part en quête d’une vie meilleure sur les traces des pèlerins du Mont Kailash.

On écoute les souvenirs des exilés qui ont laissé leur pays derrière eux, entreprenant une traversée des plus périlleuses pour traverser l’Himalaya et vivre librement leur culture tibétaine.  Des instants de grâce et des moments de joie simple.

On ne peut parler du Tibet sans aborder les problèmes politiques liés à l’occupation chinoise et le reportage de Sabine Verhest est d’ailleurs ponctué de propos du Dalaï Lama qu’elle a eu l’opportunité de rencontrer. On découvre qu’au Tibet se trouvent les sources de quasi tous les grands fleuves d’Asie (irriguant près de 85% des Asiatiques). On comprend donc l’enjeu géopolitique non négligeable que représente ce territoire pour la Chine, sans compter les nombreuses ressources du sol (or, cuivre, coltan, pétrole…) encore non exploitées.

Le plateau tibétain est une terre de contrastes. On passe des terres caillouteuses arpentées par les pèlerins, à Lhassa, où vivraient 9 Chinois pour 1 Tibétain, devenue une vitrine aux enseignes commerciales clinquantes (Etam, Adidas…). On regrette également la folklorisation galopante due au tourisme (mises en scènes des moines…).

En définitive, ce que l’on gardera en mémoire, ce sont plutôt  les mille et uns visages qui émaillent le reportage, images d’un Tibet fragile mais plein de foi et d’espoir.

La réalisatrice
Sabine Verhest est journaliste au service international de « La Libre Belgique », quotidien pour lequel elle parcourt surtout l’Europe, centrale et orientale en particulier. Photographe de formation également, elle quitte rarement son appareil lors de ses voyages. Sa passion pour l’Asie et la montagne l’a menée à sillonner la chaîne himalayenne, du haut plateau tibétain aux confins indiens du Ladakh ou de l’Arunachal Pradesh, des cimes népalaises aux monastères du Bhoutan.


Ecouter l’interview de Sabine Verhest sur la Première (radio)

Pour tout renseignement :
Voir le Monde asbl
Rue Louis Hap 16
1040 Bruxelles
Tél : 02.649.76.95 – Fax : 02.646.36.11
info@voirlemonde.be
http://www.voirlemonde.be

23 mars 2010 at 12 h 43 min Laisser un commentaire


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés