Posts tagged ‘développement durable’

Les 10 revendications vertes pour la présidence belge

Fédération Inter-environnement Wallonie, Inter-environnement Bruxelles, Natagora, WWF, Greenpeace, Natuurpunkt, Bond Beter Leefmilieu et BRAL lancent un appel commun à la Présidence belge à :

1. Pousser l’adoption d’objectifs solides et ambitieux pour la stratégie 2020 en matière de biodiversité tant au niveau européen qu’au niveau international. La Présidence belge devrait emmener une délégation européenne bien coordonnée à la conférence des Nations Unies sur la diversité biologique, de manière à assurer l’adoption d’un nouveau Plan stratégique global pour 2020 et d’un protocole sur l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages. La stratégie européenne biodiversité 2020 devrait être adoptée lors du Conseil Environnement de décembre.

2. Assurer que l’Europe joue un rôle décisif et constructif, appuyant une position claire, ambitieuse et un engagement actif dans les négociations internationales en vue de et lors du sommet de Cancun. Concrètement, pour 2020, L’UE devrait:

– s’engager vis-à-vis de l’objectif de réduction de 40% des émissions (dont 30% doivent être réalisées à l’intérieur de ses frontières) ;

– encourager d’autres pays à adopter des objectifs de niveau équivalent ;

– s’assurer d’une progression significative de dossiers précis comme les réductions d’émissions issues de la déforestation et de la dégradation forestière et l’aide financière apportée aux pays émergents.

Concrètement, pour 2050, L’UE devrait

– développer une stratégie zéro carbone, permettant de réduire les émissions de 95% ;

– encourager d’autres pays développés à adopter des plans d’action zéro carbone similaires ;

– inciter les pays émergents à concevoir des plans d’action « faible intensité en carbone » dans lesquels les actions sont définies selon les objectifs assignés au niveau national.

3. Amener l’Europe à démontrer sa cohérence et son rôle de leader sur la scène internationale face à l’importance d’assurer un environnement durable (7ème objectif du millénaire pour le développement), soulignant son importance pour arrêter la perte mondiale de biodiversité, et atteindre les objectifs de réduction de l’extrême pauvreté et de développement humain.

4. Assurer que les défis environnementaux (perte de biodiversité, changement climatique, qualité et rareté de l’eau, etc.) soient pris en compte lors des discussions sur les perspectives financières (2014-2020). Les matières environnementales sont cruciales pour le développement durable de l’Europe et doivent être intégrées dans les secteurs concentrant les dépenses tels que la PAC et les politiques de cohésion. De plus, des financements suffisants doivent soutenir la mise en oeuvre de Natura 2000, des plans de gestion par bassin hydrographique et des Life+.

5. Veiller à ce que le Conseil adopte une législation ferme qui exclue l’abattage illégal et régule la vente des produits forestiers d’abattage sur les marchés européens.

6. Apporter son soutien à l’objectif d’une obligation de 20% d’économies d’énergie d’ici 2020 dans le cadre de la révision du plan d’action pour l’efficacité énergétique. Les directives clés pour y contribuer sont la directive pour la performance énergétique des bâtiments et la directive Ecodesign.

7. Prendre la tête pour la définition d’une vision européenne 2050 pour un système 100% basé sur les énergies renouvelables, avançant en particulier vers la création d’un réseau électrique intelligent et d’un système de réseau électrique intégrant la production éolienne offshore en Mer du Nord.

8. Passer d’une approche de gestion des déchets à celles d’une civilisation sans déchets (cradle-to-cradle); en particulier appuyer la mise en oeuvre de la Directive Cadre Déchets, et inciter la Commission à initier une directive Bio-Waste. Le Conseil Environnement informel organisé par la Présidence belge en juin devrait plus particulièrement garantir que les options de mise en oeuvre de la directive déchets, spécialement la création d’un marché pan-européen des déchets industriels, n’empêchent pas le développement d’une gestion vraiment durable des matières.

9. Développer une action sérieuse en matière de santé environnementale, incluant la préparation d’un second plan d’action Santé et Environnement et le suivi de la législation sur les biocides, avec une attention particulière à la pollution de l’air et aux produits chimiques.

10. Donner suite aux décisions du Sommet de 2008 enjoignant à la Commission de renforcer de manière significative les évaluations des risques environnementaux des OGM. S’assurer que toutes les propositions de la Commission touchant au domaine des OGM respectent la volonté des Etats membres et sont basées sur le principe de précaution.

Plus d’infos sur le site http://www.10revendicationsvertes.be/

Publicités

11 août 2010 at 13 h 26 min Laisser un commentaire

Tourisme et alimentation durable

Chronique Cocktail curieux du 16 juin. Ecouter la chronique ici

Le temps des vacances est un temps de plaisir et de détente

L’alimentation est un poste de dépenses important dans le budget vacances (1/4) et beaucoup cherchent à le réduire avec une alimentation rapide et généralement mauvaise. Les vacances, c’est prendre le temps, donc prendre aussi le temps de manger correctement. Bien manger ne coûte pas forcément plus cher, surtout si l’on prend un peu de temps. Rien ne sert de courir d’endroits en endroits et d’avaler un sandwich entre deux pour voir un maximum de choses.

Un exemple de pratique à découvrir : le mouvement slow-food. Un mouvement fondé dans les années 1980 en Italie en réaction aux fast-foods et pour lutter contre la disparition des traditions gastronomiques locales et le manque d’intérêt des gens pour leur nourriture, ses origines, ses saveurs et les conséquences de nos choix alimentaires sur la planète et les populations du monde.

On parle également d’éco-gastronomie. Le mouvement promeut les plaisirs de la table et la convivialité, l’éducation au goût, le respect de l’environnement et de la biodiversité, les relations directes entre consommateurs et producteurs, et la juste rémunération de ceux-ci. Parmi les objectifs du slow-food, on retrouve : encourager le tourisme attentif et respectueux de l’environnement et les initiatives de solidarité dans le domaine alimentaire.

Initiez-vous avec le Convivium Slow-food de Bruxelles, l’association Karikol, qui propose de nombreuses activités : cours de cuisine, tournée à vélo des meilleures friteries de Bruxelles, Karikol apéros au Parc Tenbosch… Prochains rdv : Tournée des glaciers avec Pro Vélo le 26/06, pique-nique anniversaire au parc royal le 04/07

Avec la gastronomie locale on découvre la culture locale …

Attention à ce que l’on mange à l’étranger. Il est vraiment dommage de se concentrer sur notre alimentation habituelle quand on part à l’étranger. Découvrir une culture cela passe aussi par sa cuisine et sa gastronomie.

Et voilà un thème de vacances tout trouvé : pourquoi ne pas visiter les destinations touristiques voisines (France, Italie, Espagne…) sous l’angle du thème gastronomique ?

… et on aide l’économie locale

En formule all-inclusive qu’implique la consommation de produits d’importation achetés à prix réduits (légumes d’Espagne, viande européenne…) ?

– une diminution de la consommation de produits locaux;

– une agriculture locale mise en danger (les petits producteurs n’arrivent plus à écouler leurs productions, ou la vendent à prix cassés sans pouvoir couvrir leurs frais);

– des circuits économiques locaux défavorisés (la production locale ne se vend plus. Ce n’est pas seulement les producteurs qui sont touchés mais toute la chaîne d’intermédiaires);

– une érosion culturelle (tout le monde finit par consommer les mêmes produits standards et les traditions locales se perdent).

La consommation locale ce n’est pas seulement une attitude à adopter chez nous, mais aussi en vacances. Consommer des produits locaux c’est assurer des débouchés aux agriculteurs locaux et éviter leur paupérisation. Tourisme durable, aide au développement durable de l’économie locale donc pas seulement pour ceux qui travaillent directement dans les structures touristiques. Dans les pays en développement, c’est une aide essentielle. Maintenir une agriculture locale c’est aider à la souveraineté alimentaire (limite les importations qui coûtent chers et peuvent être inaccessibles à tout un pan de la population locale).

Consommer local en vacances c’est donc :

1) Un soutien à l’économie locale (agriculture et circuits économiques)

2)Une préservation des équilibres sociaux (éviter les phénomènes d’érosion culturelle, la paupérisation des populations locales, l’exode rural…)

3) Une protection de l’environnement des populations et de la biodiversité locale

Pour ceux qui bougent moins, la nourriture est un formidable moyen de voyager sans (trop) se déplacer

Cuisiner les saveurs d’ailleurs, c’est déjà partir en voyage. Au restaurant (Bruxelles regorge de restaurants de toutes nationalités. Voir Petit Futé Bruxelles) ou chez soi pour ceux qui aiment passer du temps en cuisine.

18 juin 2010 at 9 h 56 min Laisser un commentaire

DREAMSHAKE.COM et ses Dream Apéro

DREAMSHAKE, c’est l’idée un peu folle de deux voyageurs intrépides. François-Xavier Tanguy et Arnaud Dubois rêvent de relier à moto l’Asie à l’Europe. Ils décident de s’intéresser aux rêves des autres au cours de leur voyage et baptisent leur projet « Des rêves Plein le Monde ». En sept mois, ils parcourent près de 25.000 km à moto et traversent une vingtaine de pays en interviewant d’autres rêveurs sur leurs projets et leur concrétisation.

A travers la réalisation de leur propre rêve et l’analyse des rêves des autres, ils ont trouvé une méthode extrêmement simple et efficace pour mener à bien n’importe quel projet de rêve. Deux ingrédients sont indispensables pour réaliser un rêve :

– Avoir un large réseau sensibilisé par le thème du rêve choisi.

– Exprimer face à ce réseau ses besoins pour que le réseau puisse aider à la concrétisation du rêve.

En 2008, la plateforme internet DREAMSHAKE est lancée sur un concept simple. Il s’agit d’un espace d’échanges et de rencontres entre personnes partageant les mêmes rêves. Véritable réseau d’initiatives et d’échanges collaboratifs, Dreamshake permet de connecter les offreurs et demandeurs de projets (individus, associations…), de mutualiser leurs idées, leurs expériences et compétences en vue de susciter et faciliter la réalisation des rêves de chacun.

Le site est gratuit d’accès : son financement s’effectue grâce aux partenaires de chaque rubrique de rêves, qui soutiennent l’esprit Dreamshake, la dynamique initiée et la réalisation des rêves de chacun.

Pour faciliter les échanges entre rêveurs, des Apéros-networking sont organisés, à Paris puis à Genève et Bruxelles sur différentes thématiques (voyages, entreprenariat, artistes…).

La 5° édition belge des Dream Apéro sera organisé à Bruxelles le 19 mai prochain sous le thème de la Solidarité et du Développement Durable et réunira des acteurs du commerce équitable, de l’environnement et du développement durable, de la coopération et de l’humanitaire, de l’associatif…

Tourisme autrement participera à l’évènement et apportera son expertise sur les sujets relatifs au tourisme alternatif.

Retrouvez-nous aux HALLES ST GERY
23, Place St Géry
BRUXELLES
A partir de 19 h 00
Entrée : 5 Euros

Au programme de la soirée :

19H00 – Networking – Espaces de discussion et Tables à thèmes : Commerce équitable, Construction durable, Réinsertion sociale, Eco-tourisme, Eco-transport, Humanitaire & Coopération internationale, Cuisine & agriculture biologiques…
20H30 – Dream Pitches : Présentation en live et en 5 mn de projets solidaires et durables
21h00 – Reprise du Networking autour des tables à thèmes

4 mai 2010 at 10 h 08 min Laisser un commentaire

Sites touristiques Eden, joyaux européens préservés

Eden désigne le réseau des destinations européennes d’excellence. Ce projet innovant place la durabilité au cœur de la démarche touristique européenne. Il s’agit de valoriser les bonnes pratiques environnementales, sociales et culturelles des destinations touristiques émergentes.

L’objectif est également de créer une plateforme européenne d’échange, de promouvoir la mise en réseau des destinations récompensées et d’encourager d’autres destinations à adopter des modèles de développement touristique durable.
Chaque année la Commission sélectionne un thème : en 2007 le tourisme rural, en 2008 tourisme et patrimoine immatériel local, et en 2009 tourisme et zones protégées. Des concours nationaux sont ensuite organisés afin de désigner une destination dans chaque pays participant au projet.
Le Concours 2010 a déjà été lancé avec pour thème « Tourisme et espaces aquatiques ».
« La caractéristique clé des destinations sélectionnées est leur engagement envers une viabilité sociale, culturelle et environnementale. Les lauréats de ce prix sont des destinations européennes émergentes et peu connues, qui se situent dans un des États membres ou un pays candidat. Ce processus vise aussi à désengorger les destinations touristiques trop fréquentées. »
Les 22 destinations d’excellence 2009 ont été annoncées le 9 octobre dernier à Bruxelles lors du Forum Européen du Tourisme. Le thème de l’année, tourisme et zones protégées, a permis de récompenser des destinations qui s’appuient sur des zones protégées pour développer leurs activités touristiques, tout en protégeant l’environnement local et en respectant les populations locales.

– Biosphere Park Grosses Walsertal (Autriche)
– Parc naturel Viroinval/ Viroin-Hermeton (Belgique)
– Belitsa, Blagoevgrad region (Bulgarie)
– Nacionalni park Sjeverni Velebit (Croatie)
– Vouni Panagias (Chypre)
– Bohemian Switzerland (République Tchèque)
– Parc naturel Soomaa (Estonie)
– Parc Naturel régional des Vosges du Nord (France)
– Préfecture de Lesvos (Grèce)
– Parc naturel d’Irottko (Hongrie)
– Péninsule d’Head Sheep (Irlande)
– Zone marine protégée «  Penisola Del Sinis – isola di Mal di Ventre » (Italie)
– Parc Naturel Tervete (Lettonie)
– Parc régional Delta Nemuras (Lituanie)
– Réserve naturelle and zone récréative “Haff Réimech”, (Luxembourg)
– Melliena and the Hamlet of Manikata (Malte)
– Parc Gravenrode (Pays-Bas)
– La République des Oiseaux, Warta Mouth (Pologne)
– Parc Naturel Apuseni (Roumanie)
– Solcavsko (Slovénie)
– Delta de l’Ebre (Espagne)
– Wild Life Kars- Kuyucuk Lake reserve (Turquie)

Plus d’information sur le projet EDEN ici

8 avril 2010 at 14 h 14 min Laisser un commentaire

2010: Année internationale du Rapprochement des Cultures

2010 c’est aussi l’Année internationale du rapprochement des cultures. Lancée par l’Assemblée générale des Nations Unies, cette initiative pilotée par l’Unesco a pour but de « replacer sous le prisme du rapprochement des cultures toute politique aux niveaux local, national, régional et international. »

Pour l’Unesco il ne s’agit pas seulement de défendre les arts et les lettres mais également « les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ».

Afin de lutter contre les préjugés et les stéréotypes culturels erronés, quatre grands axes de travail ont été dégagés:

– promouvoir une connaissance de la diversité culturelle, ethnique, linguistique et religieuse;

– construire un cadre de valeurs communes;

– renforcer l’éducation de qualité et le développement de compétences interculturelles;

– favoriser le dialogue au service du développement durable.

Retrouvez ici la liste des activités proposées dans le cadre de cette Année internationale du rapprochement des cultures.

7 avril 2010 at 10 h 48 min Laisser un commentaire


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés