Posts tagged ‘gastronomie’

Tourisme et alimentation durable

Chronique Cocktail curieux du 16 juin. Ecouter la chronique ici

Le temps des vacances est un temps de plaisir et de détente

L’alimentation est un poste de dépenses important dans le budget vacances (1/4) et beaucoup cherchent à le réduire avec une alimentation rapide et généralement mauvaise. Les vacances, c’est prendre le temps, donc prendre aussi le temps de manger correctement. Bien manger ne coûte pas forcément plus cher, surtout si l’on prend un peu de temps. Rien ne sert de courir d’endroits en endroits et d’avaler un sandwich entre deux pour voir un maximum de choses.

Un exemple de pratique à découvrir : le mouvement slow-food. Un mouvement fondé dans les années 1980 en Italie en réaction aux fast-foods et pour lutter contre la disparition des traditions gastronomiques locales et le manque d’intérêt des gens pour leur nourriture, ses origines, ses saveurs et les conséquences de nos choix alimentaires sur la planète et les populations du monde.

On parle également d’éco-gastronomie. Le mouvement promeut les plaisirs de la table et la convivialité, l’éducation au goût, le respect de l’environnement et de la biodiversité, les relations directes entre consommateurs et producteurs, et la juste rémunération de ceux-ci. Parmi les objectifs du slow-food, on retrouve : encourager le tourisme attentif et respectueux de l’environnement et les initiatives de solidarité dans le domaine alimentaire.

Initiez-vous avec le Convivium Slow-food de Bruxelles, l’association Karikol, qui propose de nombreuses activités : cours de cuisine, tournée à vélo des meilleures friteries de Bruxelles, Karikol apéros au Parc Tenbosch… Prochains rdv : Tournée des glaciers avec Pro Vélo le 26/06, pique-nique anniversaire au parc royal le 04/07

Avec la gastronomie locale on découvre la culture locale …

Attention à ce que l’on mange à l’étranger. Il est vraiment dommage de se concentrer sur notre alimentation habituelle quand on part à l’étranger. Découvrir une culture cela passe aussi par sa cuisine et sa gastronomie.

Et voilà un thème de vacances tout trouvé : pourquoi ne pas visiter les destinations touristiques voisines (France, Italie, Espagne…) sous l’angle du thème gastronomique ?

… et on aide l’économie locale

En formule all-inclusive qu’implique la consommation de produits d’importation achetés à prix réduits (légumes d’Espagne, viande européenne…) ?

– une diminution de la consommation de produits locaux;

– une agriculture locale mise en danger (les petits producteurs n’arrivent plus à écouler leurs productions, ou la vendent à prix cassés sans pouvoir couvrir leurs frais);

– des circuits économiques locaux défavorisés (la production locale ne se vend plus. Ce n’est pas seulement les producteurs qui sont touchés mais toute la chaîne d’intermédiaires);

– une érosion culturelle (tout le monde finit par consommer les mêmes produits standards et les traditions locales se perdent).

La consommation locale ce n’est pas seulement une attitude à adopter chez nous, mais aussi en vacances. Consommer des produits locaux c’est assurer des débouchés aux agriculteurs locaux et éviter leur paupérisation. Tourisme durable, aide au développement durable de l’économie locale donc pas seulement pour ceux qui travaillent directement dans les structures touristiques. Dans les pays en développement, c’est une aide essentielle. Maintenir une agriculture locale c’est aider à la souveraineté alimentaire (limite les importations qui coûtent chers et peuvent être inaccessibles à tout un pan de la population locale).

Consommer local en vacances c’est donc :

1) Un soutien à l’économie locale (agriculture et circuits économiques)

2)Une préservation des équilibres sociaux (éviter les phénomènes d’érosion culturelle, la paupérisation des populations locales, l’exode rural…)

3) Une protection de l’environnement des populations et de la biodiversité locale

Pour ceux qui bougent moins, la nourriture est un formidable moyen de voyager sans (trop) se déplacer

Cuisiner les saveurs d’ailleurs, c’est déjà partir en voyage. Au restaurant (Bruxelles regorge de restaurants de toutes nationalités. Voir Petit Futé Bruxelles) ou chez soi pour ceux qui aiment passer du temps en cuisine.

Publicités

18 juin 2010 at 9 h 56 min Laisser un commentaire

Le Houmous, terrain de discorde entre Libanais et Israéliens

Une nouvelle bataille se livre actuellement au Moyen-Orient. Les belligérants? Israël vs Liban. L’objet de la discorde? Inattendu puisqu’il s’agit du houmous, le fameux plat à base de purée de pois chiches et de jus de citron.

Au Liban, le ministre du Tourisme vient de monter au créneau et réclame haut et fort la paternité du met. Très apprécié aussi en Israël, le houmous est devenu un nouveau sujet de dispute entre les voisins. Les Israéliens sont accusés de commercialiser mondialement le houmous ainsi que d’autres plats régionaux estampillés comme étant d’origine israélienne.

Les deux pays s’affrontent maintenant à coups de tentatives d’entrées dans le Guinness des Records. Vainqueurs en date: 50 cuisiniers israéliens qui ont préparé 4 tonnes de houmous (dans un plat de 6 mètres de diamètre). La revanche libanaise est annoncée pour le printemps 2010, le petit pays du cèdre ne renonçant pas.

Au delà de l’aspect anecdotique, on précisera que le patrimoine culinaire appartient au patrimoine culturel et que les états ont tout intérêt à le valoriser dans le cadre de la promotion de leur pays. Fady Abboud, ministre libanais du tourisme, l’a bien compris. La France a d’ailleurs introduit une demande de reconnaissance de sa gastronomie comme patrimoine culturel auprès de l’UNESCO.

9 février 2010 at 10 h 38 min 1 commentaire


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés