Posts tagged ‘Paris’

4° édition de la Journée Mondiale pour un tourisme responsable

Communiqué de presse de la Coalition pour un Tourisme responsable

Le quatrième rendez-vous des acteurs du tourisme responsable aura lieu le 2 juin 2010 à Paris avec pour thème de cette nouvelle édition : «Le patrimoine rural, une énergie essentielle pour un tourisme facteur de développement des territoires».

Le patrimoine rural occupe une place considérable dans le paysage hexagonal, et plus largement, mondial. L’ensemble de ce patrimoine rural a ainsi un rôle particulier à jouer dans le développement des territoires actuels.

Confrontés à des défis majeurs (agriculture menacée, exode rural, déficits d’attractivité et de dynamisme, changements climatiques, …), les territoires ruraux peuvent trouver un second souffle dans l’activité touristique. Néanmoins, ils doivent alors négocier ce nouveau virage avec prudence afin de concilier cette activité avec les exigences du développement durable.

A travers des conférences, tables rondes et débats, la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable tentera d’apporter des éléments de réponses pour faire face à ces nouveaux enjeux. Pays invité l’année dernière, le Cameroun laisse sa place pour cette 4ème édition aux Balkans.

Face à ce territoire couvrant plusieurs nations, représentants gouvernementaux, associations, experts-scientifiques et professionnels du tourisme débattront sur la question principale : « Tourisme responsable et patrimoine rural dans les Balkans : comment valoriser les traditions locales au sein d’espaces ruraux fragiles ?»

A propos de la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable :
La C.I.T.R. regroupe aujourd’hui des professionnels experts du tourisme, 120 acteurs dans 48 pays à travers le monde, engagés pour un tourisme responsable, ainsi qu’un comité scientifique composé d’experts des trois piliers du développement durable (économique/équité, social/culturel, environnement/biodiversité).

Pour plus d’informations:

contact@coalition-tourisme-responsable.org//
www.coalition-tourisme-responsable.org

Publicités

7 avril 2010 at 9 h 32 min 1 commentaire

Ces voyages qui rendent fous …

Chaque voyageur est susceptible d’être victime d’un choc culturel. Il est en effet normal d’éprouver certaines émotions lors de l’immersion dans une culture différente : vague à l’âme, stress, agacement, gêne, repli sur soi… La faculté à gérer ces émotions dépend de la capacité d’adaptation de chacun et de la préalable préparation au voyage. Ouverture d’esprit, communication et patience sont les maître-mots pour franchir cette étape sans dommages.

Le « syndrome du voyageur » est un trouble psychique qui atteint certaines personnes lorsqu’elles se trouvent en pays étranger. L’abondance d’œuvres d’art, de symboles religieux ou la perte des repères habituels provoquent chez ces personnes des symptômes allant de l’anxiété aux hallucinations et aux délires (paranoïa…). Les symptômes disparaissent généralement lors du retour dans le milieu habituel et sont la conséquence d’une non-anticipation de la réalité du pays visité.

Quelques exemples bien connus de syndromes du voyageur :

Le Syndrome de Stendhal :

Appelé également syndrome de Florence, cette affection désigne les troubles psychiques frappant les personnes exposées à une surcharge d’émotions devant la multitude des œuvres artistiques et leur sens profond.

Le phénomène est décrit par l’écrivain Stendhal en visite à Florence : « J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. »

Les réactions varient, des crises d’angoisse aux crises hystériques et jusqu’aux tentatives de destruction des tableaux.

Le Syndrome de Jérusalem :

Pendant religieux du syndrome de Stendhal, le syndrome de Jérusalem aurait affecté plus de 1200 personnes en pèlerinage dans la ville sainte des 3 grands monothéismes.

Une recrudescence des cas est notée lors des grandes fêtes religieuses et des congés estivaux. D’après les études du Dr Gregory Katz, chef du centre de santé mentale Givat Shaul, les cas restent relativement rares chez les personnes saines d’esprit avant leur venue à Jérusalem. Selon lui, les crises apparaissent chez les sujets en première visite sur la Terre sainte, participant à un voyage organisé et très croyants. Les symptômes vont de l’anxiété au besoin de se purifier le corps, jusqu’au besoin irrépressible de se vêtir d’une toge pour prêcher tel un  messie.

Le syndrome de Paris :

Ce syndrome étudié par le professeur Ota Hiroaki atteindrait en grande majorité les touristes japonais en visite dans la capitale française. Les personnes affectées sombrent généralement dans un état de dépression plus ou moins grave pouvant aller jusqu’à l’hospitalisation pour 25% des cas déclarés.

Leur vision idéale de la ville (le Paris des artistes, capitale de la mode et du bien-vivre) se retrouve violement confrontée à la réalité de la vie parisienne, celle-ci beaucoup moins harmonieuse et policée.

Selon Philippe Adam, auteur de la nouvelle Le Syndrome de Paris, « on rend assez mal aux Japonais l’affection qu’ils portent à la France. » Le comportement des Français est en fort décalage avec leurs attentes et leurs propres mœurs. L’expression de son désaccord, les critiques, le contournement ou le non-respect des règles établies sont vécus comme autant d’agressions par des Japonais habitués à une société ultra hiérarchisée et ordonnée, où le simple mot « non » est proscrit.

La nouvelle de Philippe Adams a été adaptée au cinéma par la réalisatrice japonaise Saé Shimaï en 2008 et projetée au Festival de Films de Femmes de Bruxelles en 2009.

Le syndrome indien :

Les touristes se rendant en Inde peuvent se trouver en proie à un bouleversement intense face à la perte de leurs repères habituels. La pauvreté omniprésente, le tumulte ambiant, le climat deviennent autant de facteurs oppressants qui poussent les visiteurs à la fuite ou entrainent à une perte de contact avec la réalité alimentée par le mysticisme local. Ce syndrome touche majoritairement les jeunes Occidentaux qui choisissent souvent l’Inde pour des voyages initiatiques et sont d’autant plus susceptibles d’être en proie à des crises identitaires.

Tourisme autrement vous donne quelques bons conseils !

Partez sans idées préconçues certes, mais ne négligez pas la préparation au voyage :

– renseignez vous sur les us et coutumes des pays que vous allez visiter

– notez et apprenez quelques mots de base dans la langue locale

– récoltez des informations générales sur le pays via les médias, les livres d’écrivains voyageurs

– consultez les forums de voyage pour prendre connaissances d’expériences de voyageurs et ainsi éviter des mauvaises surprises …

A lire :

Ces fous de l’Inde – délires d’Occidentaux et sentiment océanique, Régis Airault, Petite Bibliothèque Payot

Le Syndrome de Paris, Philippe Adams, Inventaire

22 février 2010 at 14 h 08 min 1 commentaire


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés