Posts tagged ‘tourisme responsable’

Revue de presse du 23 août 2010

« Partir, c’est polluer un peu »

Libération publie une série sur « La vie en vert, le journal de Bridget Kyoto ». Le deuxième épisode revient sur les vacances propres avec une Bridget qui expérimente les modes de transports doux (bateau, train…).

A lire sur le site de Libé Voyages

« Prendre le temps d’échanger »

Le tourisme responsable, cela se fait aussi près de chez nous. Découvrez avec cet article la simplicité et l’authenticité des gîtes de l’association Accueil paysan.

A lire sur le site de La Semaine dans le Boulonnais

« Inutile tourisme de la misère »

Kennedy Odede revient sur la controverse qui entoure le tourisme de la misère, slum tourism, dont les hauts lieux sont les favelas de Rio, les towsnships de Johannesburg ou encore les bidonvilles de Bombay rendus célèbres par le film Slumdog Millionnaire.

A lire sur le site du Courrier International

Publicités

24 août 2010 at 10 h 19 min Laisser un commentaire

Wanted: à la recherche du voyageur responsable

Le site de transport voyages-sncf.com lance un casting afin de trouver une perle rare, LE voyageur responsable.

Vous pensez correspondre au profil?Participez au casting national « Wanted Voyageur responsable, espèce en voie d’apparition » en proposant vos textes, photos ou vidéos.

Les 3 finalistes sélectionnés pourront prendre part à la Green Experience, un voyage suivi au quotidien par les internautes qui départageront les candidats afin d’élire Le voyageur responsable de l’année. Le vainqueur remportera une mission avec la Fondation Yves Rocher, partenaire du projet Wanted.

Fred & Clara, nouveaux voyageurs responsables
envoyé par WantedVoyageurResponsable. – Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

Plus d’informations sur le site voyages-sncf.com

6 août 2010 at 9 h 02 min Laisser un commentaire

Nos bons conseils pour voyager durable et responsable

Élément-clé, la préparation au voyage

Souvent bâclée et négligée, la préparation au voyage constitue pourtant un des piliers de la responsabilité du tourisme autrement et conditionne bien souvent la réussite du voyage. Elle favorise une première approche des cultures et des lieux visités. Elle facilite la compréhension et permet de choisir une destination avec plus de cohérence.

Réfléchir au sens du voyage

Existe-t-il des bons et des mauvais lieux de vacances ? Une liste de pays à visiter, une autre à proscrire ? Interrogez-vous sur le sens de votre présence comme vacancier dans un pays en guerre ou victime d’une récente catastrophe naturelle ou encore d’une dictature pour laquelle l’ouverture au tourisme représente une opportunité de se faire une virginité.

Le non-respect des droits de l’Homme peut-il – doit-il – influencer le choix d’une destination touristique ?
Deux visions différentes du rôle que peut jouer le tourisme pour dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme. On estime que l’explosion du tourisme en Espagne a joué un rôle positif dans la chute du franquisme, expliqué par les contacts créés et la dynamique économique provoquée par le tourisme. Pour Christophe ONO-dit-Biot,  lauréat du prix Interallié pour son roman Birmanie, il ne faut pas ajouter à la dictature la peine d’invisibilité. «Les Birmans sont déjà bâillonnés et si en plus, on ajoute la peine d’invisibilité en faisant comme s’ils n’existaient pas, c’est pire. S’il y avait eu plus de voyageurs au moment des répressions, on aurait eu beaucoup plus d’images et d’informations. »

Pour Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991, le tourisme ne contribue pas à sortir la population birmane de l’isolement mais participe au contraire à une tentative de réhabilitation de l’image du pays et de ses dirigeants. Les revenus du tourisme contribuant de plus à soutenir financièrement la junte militaire avec le blanchiment de l’argent provenant du trafic de la drogue.

Par ailleurs, les investissements massifs dans les structures touristiques birmanes se font aux dépends d’autres secteurs d’activités. En donnant au touriste de l’eau courante et de l’électricité 24h/24h, les autorités maintiennent la population dans le dénuement : l’électricité est un luxe et la majorité de la population doit s’approvisionner en eau aux puits collectifs.

Selon le président du Comité international de la Croix Rouge, l’assainissement de sites au profit du tourisme et la construction d’infrastructures s’est fait par un travail forcé durant lequel des milliers de Birmans sont morts de maladie et d’épuisement.

Prise en compte de la réalité économique de la destination

Une consommation touristique responsable passe par la prise en compte de la réalité économique de votre lieu de vacances. De nombreuses destinations touristiques se trouvent dans des pays en développement et ce ne sont généralement pas les populations locales qui bénéficieront de l’argent que vous dépenserez.

Si vous partez via une agence de voyages, n’hésitez pas à questionner votre agent sur les conditions locales, surtout si les mots de tourisme éthique, solidaire ou responsable sont avancés (politique d’emploi, de salaire, implication des communautés locales…). Interrogez votre agent de voyages sur les partenaires locaux, leur respect des droits de l’Homme, leurs pratiques commerciales etc…

23 juin 2010 at 11 h 05 min 1 commentaire

Tout autre chose- Voyager autrement

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage…

Lundi matin, Marie-Paule Eskénazi était l’invitée de Martine Cornil pour l’émission radio Tout autre chose.

(ré)Ecouter l’émission

Le tourisme est aujourd’hui devenu la première « industrie » en termes de rendement. Selon l’OMT, plus d’un milliard de touristes se déploieraient dans le monde.

Que ce soit en termes d’économie, de social, d’environnement, de culture ou des droits de l’homme, l’impact du tourisme n’est pas neutre et peut faire de gros dégâts.

Pour contrer cette tendance, des nouvelles formes de voyage au visage plus humain sont apparues.

Tout autre chose propose de découvrir ce lundi ces « autres voyages » en découvrant le tourisme social, responsable, solidaire, équitable, communautaire, rural, l’écotourisme,…

Pour en parler : Marie-Paule Eskénazi de l’asbl Tourisme Autrement et Michel Symons qui a fait le tour de l’Atlantique en bateau accompagné de sa petite famille.

2 juin 2010 at 10 h 52 min Laisser un commentaire


Publié récemment

follow us on twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 27 autres abonnés